Les Etats-Unis ont-ils perdu en Afghanistan ?

Publié le par Jimoni / Passion Stratégie

J'aurais peut-être dû faire cet article après la victoire des Talibans en août dernier, mais bon, les circonstances ont fait que. Après tout, il n'est jamais trop tard, donc je le fais maintenant.

La Guerre d'Afghanistan commencée en 2001 par les Etats-Unis d'Amérique contre les Talibans s'est achevé par le départ des troupes américaines à partir de 2015 puis par la prise de Kaboul par les forces talibanes en août 2021.

Cette guerre fut affreusement coûteuse pour les Etats-Unis. Le coût en dollars se chiffre à plusieurs centaines de milliards. Si les pertes humaines sont relativement peu élevées côté américain (2465 morts), si on les compare par exemple à celles subies lors de la Guerre du Vietnam (50.000+), elles posent de sérieuses questions politiques aux Etats-Unis : pourquoi autant de morts pour un pays si lointain ? Pouvions-nous faire autrement ? Etc.

Côté ennemi, chez les Talibans, les pertes humaines sont, certes, beaucoup plus grandes, mais ils ne pouvaient mieux espérer. Dans tous les cas, ils ont accompli leur objectif principal : reprendre le pouvoir en Afghanistan.

Si l'on regarde ces simples faits, on aurait tendance à penser que les Etats-Unis ont subi une sacrée défaite. Au final, malgré d'importants moyens déployés et consommés, ils ne sont pas parvenus à défaire, ni à neutraliser, la menace talibane. Pourtant, le tableau est-il si noir ? 

Rien n'est certain. Il est, en vérité, très difficile d'estimer tous les changements politiques et géopolitiques que cette Guerre a entraîné, ainsi que les conséquences qu'elle entraînera. La raison est simple et nous en avons déjà parlé maintes et maintes fois sur ce Blog : la friction, ce phénomène qui fait qu'il est, en pratique, impossible d'avoir la maîtrise intégrale des éléments du monde.

Le "Monde Stratégique" est trop complexe pour être réduit à des concepts simplistes telle que la défaite ou la victoire. En vérité, les choses changent, tout est en mouvement. Les Hommes mettent des mots sur ces choses : "bien", "mal", "bon", "mauvais", "victoire", "défaite". Mais ce ne sont que des jugements de valeur exprimés par de profonds court-termistes. Qui est capable sincèrement de prédire ce qui se passera, en détails, dans les 10, 20 et 30 prochaines années ? Personne, on a déjà bien du mal à savoir ce qui va nous tomber sous le nez pour demain.

Pour être plus concret, rappelez-vous du fait historique suivant. La Révolution française est née, entre autres, d'une grave crise économique en France, issue elle-même de nombreux facteurs dont la Guerre d'indépendance américaine. Bref. En 1789, le Royaume de France n'est pas à son âge d'or. Le siècle du Roi-Soleil est terminé depuis longtemps. La mer appartient au Royaume-Uni. Il ne reste rien de la Nouvelle-France outre-Atlantique. Pourtant, sans cette Révolution, Napoléon Bonaparte ne serait pas apparu. Le Premier Empire n'aurait pas existé : pas d'Arc de Triomphe. Cependant, à quoi ont mené les victoires de Bonaparte ? Elles ont abouti à la Campagne de Russie et à la débâcle napoléonienne, qui ont coûté la vie à tant de jeunes Français, à l'honneur de la France et à sa puissance également.

Ce que nous voulons signifier, c'est que même si les Etats-Unis avaient pu gérer la question talibane d'une autre manière, ils n'ont peut-être pas échoué totalement. Le coût de cette guerre fut important pour des résultats minimes. Mais ces résultats, ce ne sont que ceux dont on peut établir la certitude pour l'instant. De nombreux facteurs peuvent profiter aux objectifs américains initiaux. Des millions d'Afghans ont profité de l'intervention américaine pour vivre de façon relativement libre, à l'Occidental. L'acquisition de ce goût de la liberté, l'éducation des femmes et un certain redressement économique dans certaines zones (Kaboul principalement) trancheront avec le mode de vie codifié, sexiste et austère des Talibans. Ces derniers doivent déjà composer avec cette population occidentalisée. Or, ils sont contraints de trouver un difficile juste milieu : trop stricts, les Afghans se révolteront ; trop mous, la gronde sera interne aux Talibans. Actuellement, ils doivent d'ailleurs déjà gérer une dissension interne/externe : celle de l'Etat islamique en Afghanistan dont de nombreux membres ont combattu sous la bannière blanche talibane, avant d'être déçu, puis ont finalement rejoint les partisans du drapeau noir.

Peut-être disons-nous des sottises. C'est possible : les Etats-Unis ont peut-être réellement perdu. En tout cas, pour en avoir le cœur net, nous devrons attendre des années. Ce n'est qu'avec le recul historique qu'on pourra juger de l'impact réel de la Guerre d'Afghanistan et de ce qu'elle aura engendré de bien et de mal pour les intérêts américains.

 

Publié dans Actualité, Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article