Accepter l'échec et la défaite.

Publié le par Jimoni

Dans ma vie personnelle, je déteste perdre. Vous êtes beaucoup à être dans le même cas. En vérité, nous supportons tous plus ou moins la défaite ou l'échec. Rapidement, nous apprenons dans notre vie à devoir supporter l'échec. Nous l'apprenons sur le tas. Nous l'apprenons des autres. Nous l'apprenons de nos expériences. Nous l'apprenons dans les livres.

Que retenons-nous souvent ? Comment supporter l'échec ? Le meilleur moyen que nous trouvons est de relativiser l'échec. Premièrement, nous apprenons à distinguer les différents échecs. Il y a des échecs anodins (par exemple, perdre à un jeu) et pour ceux-là, seuls les plus puériles d'entre nous (il m'arrive d'en faire partie) éprouvent à leur égard de la tristesse et/ou de la colère. Il y a des échecs importants (par exemple, redoubler une année d'étude) à l'égard desquels notre égo peut durablement être touché et face auxquels éprouver des sentiments négatifs est considéré comme légitime ou normal.

Malgré tout, il faut savoir aussi se relever de ces durs échecs. C'est pourquoi, pour n'importe quel échec, nous apprenons une seconde technique de relativisation. Souvent, nous nous disons que ce n'est pas un échec définitif, ou qu'il y a du positif à cet échec. En effet, échouer, c'est la possibilité d'apprendre : si j'avais fait les choses comme-ci, comme cela, peut-être aurais-je réussi / la prochaine fois, je ferai les choses autrement / etc. Cette seconde technique correspond à un adage nietzschéen bien connu : "Tout ce qui ne te tues pas te rends plus fort.".

Voilà exposé, en deux paragraphes, les deux principales techniques pour se relever de ses échecs. Tout le reste, tout ce qui a pu être écrit dans des livres de développement personnel, de "coaching" (sic), n'est à mon sens que superflu, mais je conviens qu'ils permettent aussi à chacun de trouver ses propres réponses. En tout cas, la plupart ne prépare pas à un type d'échec qui, pour moi, n'a aucun remède :

Les échecs ABSOLUS. Sous ce terme, je parle des échecs qui ne peuvent pas être relativisés. Ce sont les échecs irréversibles, définitifs et essentiels. Il peut arriver à chacun d'entre nous de ne pas parvenir à réaliser des objectifs qui nous étaient primordiaux (un rêve, par exemple), à jamais. Dans cette situation, il ne vous reste plus qu'à en faire le deuil, rester stoïque et accepter le destin. Et il ne faut pas se leurrer : cela peut tous nous arriver et quand vous décidez de vous lancer dans une aventure grandiose, quand vous décidez de mettre tous vos œufs dans le même panier afin de réaliser votre rêve, vous risquez de subir un échec absolu. Faites donc attention et prenez bien soin de vous, surtout.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article