Tentative d'analyse stratégique de la prise du Capitole (6 janvier 2021)

Publié le par Jimoni

Hier, le 6 janvier 2021, les manifestants pro-Trump ont envahi le Capitole, c'est-à-dire le bâtiment servant de siège au Congrès des États-Unis. Par cette intervention, ils ont interrompu le vote instituant définitivement Joe Biden comme Président des États-Unis. Peut-on analyser cette situation stratégiquement ? Je vais m’y tenter.

 

Premièrement, peut-on parler de stratégie ?

 

L’une des définitions de référence de la stratégie est celle fournie par André Beaufre dans son ouvrage « Introduction à la stratégie » (1963, éditions Fayard/Pluriel) : « La stratégie est l’art de la dialectique des volontés employant la force pour résoudre leur conflit. ». Autrement dit, il y a stratégie dès lors qu’au moins deux volontés s’opposent, l’une voulant accomplir un objectif (l’attaquant) et l’autre voulant l’en empêcher (le défenseur), par l’utilisation de la force (les définitions les plus modernes incluent également parfois la menace de l’utilisation de la force, qui est en soi une utilisation de la force).

Ici, on peut considérer que deux volontés s’affrontent. D’une part, il y a les pro-Trump, pour qui les élections américaines ont été truquées et donc pour qui le véritable gagnant de l’élection est Donald Trump. D’autre part, il y a les pro-Biden, pour qui les élections américaines ont été régulières et donc pour qui le gagnant de l’élection est bel et bien Joe Biden. Les pro-Trump veulent que soit reconnu le fait que l’élection est truquée et que Trump a gagné. Les pro-Biden s’opposent à cette vision des choses et veulent maintenir le statu quo. Parmi ces pro-Biden, soulignons que certains ont voté pour Trump : dans notre analyse nous incluons tous ceux pour qui la victoire revient légitimement à Biden.

Parce que lors des deux derniers mois, ils ne sont pas parvenus à accomplir leur objectif, les pro-Trump ont décidé d’utiliser la force en prenant d’assaut le Capitole afin d’empêcher la tenue du vote confirmant Joe Biden comme nouveau Président des États-Unis. Ils sont parvenus à suspendre la séance pour quelques heures. Cependant, l’intervention des forces de l’ordre (qui sont pro-Biden puisque les institutions souscrivent à la version selon laquelle les élections américaines de 2020 ont été régulières) a délogé le Capitole de ses envahisseurs, permettant au Congrès de certifier la victoire de Joe Biden.

Ainsi, les éléments constitutifs de la stratégie sont remplis : il y a bien deux volontés qui s’opposent et qui utilisent la force pour résoudre leur conflit.

 

Deuxièmement, qui a remporté la victoire ?

 

Sans nul doute, la « Bataille du Capitole » a été remportée par le camp pro-Biden. Les pro-Trump ne sont pas parvenus à empêcher la certification de la victoire de Joe Biden. Malgré tout, il semble que ce ne soit que le début d’une guerre politique. L’objectif des pro-Trump est la reconnaissance des fraudes électorales et de la victoire de Trump ou, plus globalement, leur objectif est le maintien de Donald Trump en tant que Président des États-Unis. Si à court terme, ils ont perdu, peuvent-ils gagner avec le temps ? Je pense qu’il est impossible de se prononcer pour le moment. Tout dépendra des évolutions politiques des prochaines années, de ce que veut Trump, et de la réussite politique ou non de Joe Biden.

À long terme, la prise du Capitole est une image très forte symboliquement dont les pro-Trump vont pouvoir se saisir.. Pour eux, c’est un précédent sur lequel ils vont pouvoir reposer le ralliement à leur mouvement. Certes, ils ont perdu, mais envahir le Capitole pour quelques heures, c’était quand même un événement inattendu ! Ce ralliement leur est nécessaire pour la survie de leur mouvement. En effet, tant qu’ils n’auront pas de preuves tangibles pour démontrer l’irrégularité des élections, ou d’arguments supplémentaires pour saper l’autorité du Président Biden, leur mouvement va s’essouffler. Donc, de ce point de vue là, la prise temporaire du Capitole est une victoire pour les pro-Trump car elle est une source d’alimentation de la force de leur mouvement.

De leur côté, les pro-Biden vont également se saisir de cette image, peut-être pour justifier certaines mesures visant, d’une façon ou d’une autre, à diminuer la force du mouvement pro-Trump, que ce soit par une politique tenant compte des demandes d’un certain nombre de leurs partisans, ou en renforçant par exemple les sanctions à leur encontre.

Ainsi, à long terme, l’évolution de la force de chacun des « belligérants » dépendra de comment ces derniers vont user du souvenir de la prise du Capitole.

Publié dans Actualité, Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marygoul 07/01/2021 15:53

D. Trump est assurément un mauvais perdant. Selon moi, il est dangereux, il a poussé ses partisans à investir le Capitole. Encore heureux qu'ils n'étaient pas armés, cependant il y a eu quand même 4 morts. D. Trump est, pour moi, directement responsable de ces décès.

Jimoni 08/01/2021 15:26

C'est malheureux, j'en conviens !