Comment agir face à l'urgence et l'incertitude ?

Publié le par Jimoni

Encore une fois, le débat sur la chloroquine et le covid-19 m'inspire. Mais, je vais m'interdire une nouvelle fois de dire quoi que ce soit sur ce débat parce que je ne suis pas médecin. Il y a toutefois un débat plus général qui ressort : celui de savoir comment agir dans l'urgence et dans l'incertitude ? Comment doit-on traiter les malades sachant qu'on ne connaît pas de traitement efficace contre cette nouvelle maladie ? Doit-on prendre des risques ? Etc. Cet article n'est que le produit de ma pensée, je ne rattacherai personne à ce qui va suivre.

Urgence et incertitude : je vais poser un cadre. L'urgence telle que conçue dans cet article, c'est un événement provoquant des conséquences négatives exceptionnelles et vives : cela signifie que les pertes sont imminentes ou immédiates, il faut donc agir vite. Dans une telle situation, l'incertitude signifie qu'on ne sait pas quel est le meilleur choix à faire dans l'absolu, quelle est la solution au problème : il n'y a pas de certitude sur ce qu'il faut faire pour vaincre l'urgence.

Dans une telle situation, nous avons, en général, des connaissances a priori, en ce sens que nous avons déjà fait face à des situations analogues. De plus, le simple fait que nous avons eu connaissance de l'urgence suppose que nous en sachons un peu sur cette dite urgence, donc nous ne sommes pas dépourvus de connaissances sur le phénomène présent. La question est de savoir si à partir de ces connaissances, on peut déterminer une manière d'agir qui serait efficace et peu risqué ? Ce calcul (qui est dans la pratique très intuitif) est probabiliste. Il s'agir de déterminer la probable meilleure façon d'agir. À partir de là, il y a deux manières d'agir :

  1. Oui, je peux agir probablement efficacement avec un risque négligeable. Dans ce cas, il faut agir. Si on revient au débat sur la chloroquine, Didier Raoult pense que son traitement est, dans cette situation d'urgence et d'incertitude, probablement le meilleur moyen pour l'instant pour guérir les personnes atteintes par le Covid-19. C'est pourquoi il recommande son utilisation généralisée.
  2. Non, je ne connais pas de solution efficace sans risque important. Dans ce cas, il faut gagner du temps et attendre des informations supplémentaires pour agir au mieux plus tard. C'est la stratégie recommandée par la plupart de la communauté scientifique. Selon eux, ce n'est pas parce que la chloroquine est un traitement efficace contre d'autres maladies infectieuses qu'elle le sera face au covid-19, et il existe toujours un risque que cela aggrave la maladie, etc.

Le problème de ce calcul, évidemment, est qu'il sera toujours subjectif. Il repose sur des probabilités et sur des raisonnements généraux ou par analogie : "Je sais que le feu brûle le bois en général. Voici un nouveau bois. Je suppose raisonnablement que ce feu peut brûler ce nouveau bois. Mais mon ami me dit que non, car ce nouveau bois est travaillé, or il arrive que lorsqu'un bois est travaillé il ne brûle pas aussi facilement.". Comme le phénomène est nouveau, l'efficacité est toujours supposée. Seule une méthode scientifique permettra de déterminer avec une grande certitude que tel moyen sera efficace. Malgré tout, on peut se passer de la méthode scientifique face à certaines évidences : "Je fais face à une invasion de fourmis d'un nouveau genre dans ma maison. Je n'ai pas besoin d'attendre une étude scientifique pour comprendre que je peux les écraser avec ma chaussure : a priori, elles ne feront pas le poids face au poids de ma jambe, et j'ai peu de risques de me faire mal.".

En résumé, face à l'urgence et l'incertitude, il faut faire preuve de ce fameux bon sens. Si je pense avoir une bonne solution, pas trop risquée, il ne faut pas hésiter à "attaquer". Si je n'en ai pas, mieux vaut avoir une posture stratégique défensive pour gagner du temps, puis attendre d'avoir des informations qui permettront de s'assurer de la victoire plus tard. Dans tous les cas, ce qui n'est jamais raisonnable, c'est la passivité et l'inaction.

Restez chez vous, écoutez votre gouvernement, et votre médecin si vous êtes malades. À la prochaine !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mino 08/04/2020 15:34

Article très complet, merci bien