Pourquoi étudier la stratégie militaire en 3 arguments.

Publié par Jimoni

 

J'aime beaucoup la stratégie, comme vous le savez sans doute même si vous ne connaissiez pas le blog avant d'avoir lu cet article. Mais je ne suis pas un militaire. Pourtant, j'ai la conviction de l'utilité de cette passion dans ma vie, au moins pour un certain nombre de domaines comme les jeux. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles j'écris sur ce blog : bien que la stratégie soit avant tout un art de la guerre, ou une science militaire, je pense qu'on peut tous trouver un intérêt à son étude. Si je me sens tout à fait capable de disserter sur un tel sujet, je vais plutôt vous convaincre par des arguments de l'utilité d'apprendre la stratégie pour votre développement personnel. Pour ne pas vous abonder d'arguments, j'ai décidé de vous en fournir 3.

 

Premier argument : l'inspiration.

Les stratégistes ont souvent tendance à reprocher la polysémie de la notion de stratégie. L'une des raisons est que nombre d'auteurs tentent de rapprocher certains domaines d'étude très différents. Notamment, beaucoup essaient de lier stratégie militaire et stratégie d'entreprise. Par exemple, nous l'avions évoquer dans cet article, Sun Tzu est régulièrement utilisé comme métaphore militaire pour fournir des conseils en matière de gestion d'entreprise. 

Pour ma part, je pense que les stratégistes ont de bonnes raisons de douter sur le rapprochement de ces deux disciplines, mais seulement en tant que sciences. En effet, le but des sciences est d'éclairer la réalité. Cela passe par le fait de définir la réalité en distinguant les différents éléments qui la composent. Grossièrement, il ne faut pas confondre les torchons et les serviettes. C'est la même chose pour les champs d'étude. Il convient donc a priori de distinguer la science stratégique militaire et la science stratégique d'entreprise (nous ne parlerons pas ici des raisons exactes de cette distinction).

Néanmoins, il n'y a aucune raison pour le praticien de s'inspirer de disciplines qui ne sont pas la sienne. Il doit juste faire attention à ne pas transposer stricto sensu les pratiques de telle discipline dans sa discipline. Mis à part cela, libre à lui : cela peut être une source de réflexions et d'ouverture d'esprit propice à générer chez lui de nouvelles idées dont il fera bénéficier sa propre pratique. Dans le monde sportif, Eric Cantona avait déclaré s'être inspiré du golf pour concevoir une technique de tir. Pourquoi ne pas faire la même chose avec la stratégie militaire ? Il n'y a rien d'idiot, bien au contraire. L''approche indirecte selon Liddell Hart par exemple, dont j'ai pu traiter dans le premier article de ce blog, peut très bien inspirer la pratique de la tactique footballistique en recherchant à exploiter les lignes de moindre résistance de la tactique adverse. On voit d'ailleurs aussi dans cet exemple que le vocabulaire militaire peut être utilement exploité pour évoquer certaines idées : la recherche de ces fameuses lignes est, je pense, particulièrement intuitive.

J'ajouterai également que de nombreuses études sur l'intelligence démontrent que toute personne voulant devenir un expert dans un domaine a tout intérêt à s'ouvrir à d'autres domaines. Si la raison semble se représenter la réalité en îlots, l'intuition semble créer des ponts. Donc, apprendre la stratégie permet une amélioration globale de vos compétences.

 

Deuxième argument : la confiance en soi.

L'étude de la stratégie concerne en grande partie l'étude de l'histoire militaire. Ce vaste champ couvre l'histoire des grands capitaines : Napoléon, Alexandre le Grand, Eisenhower, etc. Ces personnalités font face à des réalités que peu sont capables de supporter. La réalité de la guerre, c'est un stress permanent face à la défaite, la mort, et c'est surtout (au stade du commandement) avoir de lourdes responsabilités. Connaître ces grands capitaines et leurs histoires peut alors réellement aider les personnes à avoir plus confiance en eux. De quelles manières ?

Premièrement, ces grandes figurent servent d'exemples. Ils permettent à celui qui les étudie de les imiter. Par ce biais, il peut faire face à des situations angoissantes, compliquées ou difficiles en pensant à l'attitude de ceux dont il a étudié les comportements. Ainsi, il pourra se montrer audacieux en imitant l'audace d'Alexandre le Grand lors de la bataille de Gaugamèles. Il pourra encore avoir une grande maîtrise de soi face au danger comme pouvait l'être, à ce qu'on dit, le maréchal Foch lors de la Première Guerre mondiale.

Deuxièmement, l'étude des grands capitaines est une manière de construire sa propre personnalité. En effet, nous avons tous plus ou moins des caractéristiques naturelles. Certains sont plus froussards que d'autres. D'autres sont plus réactifs et agressifs que d'autres. Je ne pense pas qu'il y ait véritablement de caractères préférables à d'autres, même à la guerre. Il faut juste mieux se connaître et adapter son comportement naturel aux difficultés qu'on rencontre. L'étude des grands stratèges permet de savoir de quelles manières ils ont eux-mêmes su d'adapter. D'une certaine façon, connaître les autres et se nourrir leurs multiples expériences différentes est une manière d'acquérir de l'expérience. Et c'est aussi avec l'expérience qu'on gagne en confiance en soi.

 

Troisième argument : la culture générale.

Argument bateau, mais terriblement vrai. S'ouvrir à la stratégie, c'est découvrir une discipline qui ne ressemble à aucune autre. Si vous aimez les sciences, vous êtes habitués à connaître un monde de nécessités qui peut être décrit par des lois, ou des formules. Avec la stratégie militaire et la guerre, c'est un monde de contingences et d'incertitudes que vous découvrirez. Il n'y a pas de lois, et la valeur des principes n'est que minime comme pouvait le dire Napoléon. Si vous aimez le droit, la philosophie, la morale, alors vous découvrirez avec la stratégie toute la difficulté de régir ce qui s'apparente au chaos. En cela, la stratégie est une ouverture à une réflexion portant sur un contexte particulier : celui de la contingence, du chaos et de la mort. Mais c'est aussi découvrir la stratégie en tant que telle, c'est-à-dire un art particulier qui consiste à savoir vaincre ses adversaires. Par là, vous pourrez découvrir de nouveaux aspects de l'intelligence humaine qui, dans le contexte de guerre, démontre toute sa créativité : planifications, ruses, mensonges, etc.

La découverte de cette discipline atypique est susceptible de développer vos réflexions personnelles. Que vous soyez conseillers en communication ou économistes, je suis persuader que vous pourrez y trouver votre compte. Sans aucun doute, apprendre la stratégie sera une plus-value pour votre esprit.

 

En conclusion :

Inspiration, confiance en soi et culture générale sont alors mes trois arguments pour vous convaincre d'étudier la stratégie. Elle m'a personnellement beaucoup apporté et c'est pourquoi je soutiens, avec ce blog, la diffusion des connaissances en matière de stratégie, discipline finalement trop peu connue malgré la popularité du terme.

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :